Tertium

  • Au sud de la rivière, entre la Vallée de la Dordogne et le Causse de Gramat, à la croisée d'univers souterrains mais aussi réellement mystérieux, la gastronomie révèle d'autres émotions, les cabanes et caselles conduisent à nos aïeux. Les sites d'Autoire, Carennac, Loubressac, le Moulin du Saut, Rocamadour, le gouffre de Padirac, les résurgences de Saint-Sauveur et Cabouy sont autant de lieux pour la randonnée.
    Autant de détours à redécouvrir ce qui nous environne, du passé à aujourd'hui, quitte à croiser aux détours d'un chemin les Dracs qui hantent ces lieux !

  • Caselles du Quercy

    ,

    • Tertium
    • 19 Juillet 2011

    Les caselles («cabanes» ou «gariotes») sont des édifices architecturaux particulièrement remarquables dans le paysage quercynois. A l'écart du riche patrimoine bâti lotois, disséminées sur les causses du Quercy ou en bordure des vallées, se dressent les caselles, petits bâtiments en pierres sèches, anciens abris pour hommes ou animaux où la modestie de la construction n'empêche pas l'harmonie des formes et l'élégance des proportions. Les auteurs, anciens enseignants, sont partis à la recherche de ces constructions. C'est un voyage à travers le temps et l'espace auquel ils nous convient. Roger Sénat décrit minutieusement chaque édifice et parsème son étude d'histoires drôles ou émouvantes. Gérard Canou, pour sa part, arpente inlassablement la région en photographiant chaque caselle à portée d'oeil et nous amène à mieux les reconnaître. Voici un livre qui situe chaque caselle par rapport à sa fonction, son emplacement et son importance. Gageons qu'après l'acquisition de ce livre vous ne serez plus tout à fait le même promeneur ou si vous avez la chance de posséder une de ces constructions, vous l'observerez différemment ! Un livre attachant entièrement dédié au petit patrimoine quercynois et que de nombreuses familles auront à coeur de posséder !

  • Silhouettes familières des Causses du Quercy, les cabanes en pierre sèche demeurent les témoins de l'ancienne vie rurale sur ces plateaux calcaires. Elles disent l'âpreté du pays, où les terres cultivables étaient conquises en débarrassant le sol, année après année, des pierres qui le rendaient stérile. Les caselles, érigées en pierre sèche sans aucun ciment, utilisent une des plus vieilles techniques architecturales du monde, l'encorbellement. Ce procédé consistant à donner à chaque assise une légère saillie par rapport à l'assise inférieure permet de créer une voûte qui constitue le toit de la pièce unique. Ces constructions, qui servaient rarement d'habitat permanent, furent utilisées comme abris pour les bergers et les cultivateurs, ou comme bâtiments annexes dans les fermes. Elles incarnent le souvenir d'un temps où, sur les Causses, vivait une communauté paysanne nombreuse, qui exploitait chaque parcelle de terre.

  • Traduire la singularité et la richesse des paysages du Quercy historique, campagnes façonnées par l'homme, habitat traditionnel, architecture des cités - en privilégiant l'émotion du lieu - qui mieux que Gilles Lades et le photographe Guy Kunz-Jacques pouvaient croiser le verbe et l'image pour nous convier à une aventure exaltante, irremplaçable : sa perpétuelle redécouverte ?
    Le Quercy historique, rappelons-le, inclut l'actuel département du Lot, mais aussi Moissac, Montauban et Caussade, jusqu'aux rives de la Garonne, du Tarn et de l'Aveyron. Des confins de l'Auvergne à la plaine aquitaine, le Quercy renouvelle son socle et ses profils : le Ségala granitique et schisteux, où les ravins multiplient les ruisseaux, les Causses, rocailleux et boisés, scandés de falaises et de l'éclatant damier des vallées, le Quercy Blanc, lumineux de craie, les Serres tarn-et-garonnaises, vouées aux longs labours sous les bosquets des crêtes, enfin la plaine du sillon garonnais.
    L'écriture comme la photo soulignent les contrastes du territoire, épousent ses insensibles variations ; les auteurs se sont également attachés à traduire les résonances nées de sa contemplation, à manifester son pouvoir sur l'imaginaire. Tout paysage, et celui du Quercy en particulier, nous façonne, nous communique sa vie profonde et nous invite au voyage intemporel.

  • De ciel, de terre et d'eau. Ces éléments ont guidé l'écriture de ce livre comme ils ont déterminé la physionomie de la Corrèze, depuis les hauts plateaux de Millevaches, sa « montagne » jusqu'au bas pays de Brive, en passant par les gorges de la Dordogne et les plateaux de Tulle. Se mettre au vert, l'expression définit la couleur d'ambiance, mais derrière ce cliché chlorophyllien, se révèle une diversité de paysages où le climat, la roche et l'eau, partout présente, ont dessiné les reliefs et déterminé les activités et les modes de vie spécifiques. Les précieux témoins en sont aussi les villes et les villages, leurs forteresses et leurs églises, où se lisent les qualités particulières des granits, schistes, calcaires et grès, dans leurs subtiles nuances. C'est à la découverte de ces richesses que vous invite ce livre qui peut aussi être un guide à la découverte des communes les plus riches en patrimoine bâti ou paysager.

  • Rocamadour attire de toute l'Europe fidèles et pélerins autour de son sanctuaire de la Vierge Noire, à mi-hauteur du grand rocher du Val d'Alzou. Ce ruisseau, qui a la particularité d'être intermittent, donne à la vallée des couleurs d'oasis.
    Cette ville médiévale est secrètement entourée par un défilé, le "Val Ténébreux" et par deux gouffres en aval : Cabouy et Saint-Sauveur. Le second à veille plus particulièrement l'idée de l'insondable.
    Ces lieux saisissants, générateurs d'expériences originaires comme l'effroi et la fascination, environnent d'étrangeté un sanctuaire connu comme un théâtre de pierre qui magnifie les volumes initiaux du canyon et comme une pensée théologique invitant, à travers la riche histoire du pélerinage, à une double postulation chrétienne : l'élévation et le recueillement.

  • New York is New York

    Jeanine Baude

    • Tertium
    • 4 Mars 2006

    Un taxi se faufile, double à droite, double à gauche, accélère brutalement. Les valises devant la porte et les lumières, les reflets, la rue scintille. Avant d'entrer dans l'immeuble, je me retourne. Face à moi, ruisselant, limpide, un vrai miroir de verre et de travertin, la silhouette élégante du 9 west 57th Street. À la pointe de Manhattan, l'océan plaque ses accords. Mais aussi, the last town où le livre de l'immigration s'écrit au présent. Le livre de Babel, Ellis Island. Les pas des immigrés, un écho qui foudroie la mémoire. Faut-il des gants de boxe ou un visage d'ange pour vivre à New York ? Cette ville est-elle le miroir d'Alice aux pays des merveilles ou l'exact reflet de notre monde contemporain en proie au désordre, à la violence et qui s'engouffre dans une nuit sans fond ?

  • Des années 800 jusqu'à la date de 1738, la Vicomté de Turenne fut un territoire quasiment indépendant. Elle réunissait des contrées contrastées autour de la puissance vitale de la Dordogne.
    Ce livre peut se lire comme un guide et un carnet de voyage où le regard se focalise avant de s'ouvrir à l'ampleur panoramique, mais aussi comme une promenade littéraire en compagnie notamment de Maynard, Fénelon, Loti, Colette, Vitrac, ou encore et plus particulièrement comme une approche des lieux à l'aune de l'imaginaire. En effet, ces pages voudraient faire partager la conviction que la découverte du paysage est une conquête sur les routines du regard et une exaltante aventure intérieure.

empty